Super Ligue K.O. Après avoir cassé la politique, ils voulaient casser le football

Le peuple n'a plus rien. Le jeu de massacre a cassé la politique. Ils sont où les partis qui représentent le peuple ? Maintenant, ils nous volent le football et voulaient le détruire encore plus dans une Super League où perdre ne signifie plus rien, ce qui veut dire qu'eux gagnent toujours, même en temps de crise, l'argent continue d'aller dans leurs poches.. Cette épisode ubuesque a permis au PSG de se grandir, et à la Juventus Turin de se ridiculiser: s'appeler Agnelli ne suffit pas à avoir de la classe. Quant au Real, il faudrait dégager le président comme il dégage les entraîneurs. Le PSG a bien réagi mais il ne faut pas être dupe car le Qatar n'allait pas s'opposer à l'UEFA et par ricochet à la FIFA alors que les dirigeants du football lui ont offert l'organisation de la Coupe du Monde 2022.


Finalement les fans ont gagné face aux puissants qui pensent que la défaite n'existe pas puisqu'ils voulaient créer une Super League où plus personne ne descend en division inférieure, avec du spectacle et pas de sport. Autant truquer les matchs !

King Cruyff serait furax car la C1, qu'il a relancé avec l'Ajax Amsterdam après les années Di Stefano du Real Madrid, a été menacée d'extinction par un groupe de présidents ploutocrates qui prennent tout au football sans rien lui donner. Le grand entraîneur Bill Shankly a déclaré que les présidents n'étaient là que pour signer les chèques et boire du champagne, rien de plus. Le football c'est les joueurs, les entraîneurs et les supporters. Eric Cantona est la seule grande voix à l'avoir rappelé. Le football ce n'est surtout pas les présidents, les journalistes et encore moins les consultants, tous des has been qui veulent encore leur ration de gloire ou plutôt de vedettariat.

Le football européen a été inventé pour vendre des journaux mais sans perdre de vue l'aspect sportif. Les coupes ne sont pas des championnats. Le championnat d'Europe n'a jamais été créé pour ne pas casser les championnats nationaux. Une coupe c'est une poignée de matchs et non pas comme en championnat une rencontre chaque semaine.

Avant 1997, il fallait gagner le championnat pour disputer la C1. Il fallait s'y tenir. Les championnats nationaux du coup étaient fabuleux du début à la fin. Le fait de prendre les clubs sur les trois premières places du podium, parfois quatre, est une astuce financière pour générer plus d'argent.

Le premier de chaque championnat qualifié, voilà la méritocratie. Voilà le sport.

La C1 nous a permis de connaître Puskas, Di Stefano, Eusebio, Rivera, S. Mazzola, Cruyff... Aujourd'hui, on voit les grands joueurs chaque semaine.

En plein Covid, ils voulaient nous imposer le projet de Super League.

Ils ont dit que c'était pour relancer le football parce que les jeunes n'aiment pas les 0-0.

Grotesque ! Je reste persuadé que l'efootball va supplanter le football.

La Super League ce n'était qu'un leurre.

L'avenir c'est l'efootball. Sans moi.

Les ploutocrates ont déjà brisé les partis des ouvriers, des travailleurs, des salariés qui n'ont pas accès aux caisses là où tout se passe.

Dans les stades anglais, il n'y a plus les salariés les moins payés qui se retrouvent dans les pubs.

A présent, les dirigeants les plus puissants voulaient définitivement s'approprier le football.

Le football a été popularisé par les ouvriers qui l'ont capté aux étudiants issus des classes aisées.

Les dirigeants des grands clubs actuels n'ont pas compris que le socle du football étaient les fans qui s'identifient à leur club respectif.

Sir Matt Busby disait aux Red Devils: "Vous devez gagner et surtout bien jouer pour faire plaisir aux fans qui travaillent durement toute la semaine". Sous-entendu pendant que vous avez la possibilité de gagner votre vie en jouant.

Le football ce n'est pas le président du Real Madrid. Le football c'est Di Stefano, Puskas, Kopa, Gento, Raul, Zidane et C. Ronaldo.

La C1 est une compétition, et non pas une récompense comme le Ballon d'or.

Johan Cruyff a reçu des Ballons d'or parce qu'il avait gagné des Coupes d'Europe des clubs champions et non pas le contraire.

La présence de Cruyff est encore mille fois plus forte que celle des présidents que l'on voit dans les tribunes se serrer la main comme on tire le papier WC d'un rouleau.