De Georges Clemenceau (1841-1929) à personne, à rien

Ci-dessus, document exceptionnel, mini film sur Monsieur Georges Clemenceau qui peste contre les reporters alors qu'il fut un immense journaliste. Oui, mais un journaliste pour que l'on rejuge Dreyfus, pas un journaliste m'as-tu-vu. De surcroît, il fut un immense politicien qui agissait et ne commentait pas. Dans le film, on ne l'interroge pas alors qu'il y a une prise de son. Quelle faute ! Il devait leur faire trop peur.

Depuis Clemenceau, on n'a rien vu d'important en France, à part de Gaulle.

Clemenceau a été médecin, maire de Montmartre, politicien de haut parage pendant la Première Guerre mondiale, pour la séparation des églises et de l'Etat, contre la colonisation.

C'est un républicain d'exception.

Ami de Claude Monet, il est à l'origine des Nymphéas à l'Orangerie.

Quand on voit la médiocrité de la campagne présidentielle 2022, les bras nous en tombent.

Le président en place veut "emmerder" les irresponsables non vaccinés.

Une rivale parle de karchériser les délinquants, vieille formule.

Un autre dit qu'à partir de "12 millions, il prend tout".

Encore un autre, girouette professionnelle, change encore de camp. Cela nous fait une belle jambe ! Voilà une information qui vient du néant pour le rejoindre.

La médiocrité, la vulgarité, l'incompétence règnent de partout.

La France a besoin de Clemenceau et non pas d'histrions médiatiques.


A lire trois livres remarquables:


-Clemenceau. Dans le chaudron des passions républicaines. Jean-François Chanet. Gallimard, 157 p., 17, 50 €

-Claude Monet. Les Nymphéas. Georges Clemenceau. Omnia/ Bartillat, 167 p., 13, 18 €

-Claude Monet-Georges Clemenceau. Une histoire, deux caractères. Biographie croisée. Alexandre Duval-Stalla. Gallimard, 300 p., 21 €


PS. Ce post est le premier depuis la mort d'Antoine Bonifaci. Je bascule dans la vie sans lui.