Parodie de football au Kazakhstan de Pogba et les "coiffeurs" de l'EDF

Kylian Mbappé a raté un penalty. C'est l'évènement du match. Totalement en méforme le chouchou des sponsors hexagonaux est rentré en cours de jeu. Problème de concentration: voulait-il plus augmenter son capital de but que de marquer pour l'EDF ? C'est bien connu qu'il n'a pas de jeu de tête, ni la science des coups de pied arrêté.



Dimanche 28 mars 2021 (15 h, TF1)

Eliminatoires WC 2022, 2e journée

Kazakhstan 0 - 2 France

Buts pour l'EDF : 0. Dembélé (20e), Maliy (44e, csc)


APRES LE MATCH

Le match fut d'une nullité absolue. La France a évité le match piège rien de plus.

Pour jouer au football, il faut être deux, dit-on. Ce qui est sûr c'est que la France de Deschamps a brillé par sa médiocrité. Dijon aurait fait aussi bien que l'EDF et peut-être mieux. Ce groupe ne laissera aucune trace dans le football. L'équipe de France 1984-1986 de M. Hidalgo lui était mille fois supérieure. L'EDF de Domenech a perdu la Coupe du monde 2006 en finale mais elle avait un fond de jeu. 2006... On n'oubliera pas cette EDF. Celle de 2018 championne du monde est dans le palmarès mais niveau artistique c'était zéro. Rien de plus logique avec un tel sélectionneur qui joueur pensait à ne pas perdre - c'était son rôle.

A part la victoire- qui est le but du jeu, c'est certain- on n'a vu que le vide créatif. Combinaison huilée, complicité, exploit, rien, rien, rien.

Qu'une assemblée de maçons. Des laborieux. La spontanéité y est proscrite.

Aucun artiste sur le terrain. Ils sont interdits en EDF actuelle. On est loin d'Albert Batteux qui disait à Kopa: "Si vous ne dribblez plus, je vous sors !"

Mbappé ? Malgré sa méforme, il est aligné comme si c'était C. Ronaldo et Messi.

En 90e minute, la France n'a mis qu'un but. Le second fut un cadeau du Kazakhstan.

Rideau. Le "spectacle" de l'absence de création peut continuer.


AVANT LE MATCH

D’aucuns «enterrent» déjà Messi et Cristiano Ronaldo mais pourtant personne n’arrive à leur cheville. Depuis presque deux décennies, ils règnent sur les pelouses. Neymar devait les rejoindre et les dépasser. Le Brésilien est maintenant âgé, presque, vieux, vu son manque d’hygiène de vie très olé olé. Son temps est passé, presque trépassé. Ce n’est pas lui qu’on verra sur les pelouses à un âge aussi avancé que celui de Zlatan Ibrahimovic: de nouveau international à 39 ans !

Hazard ? Bel intermittent du spectacle. Pogba et Griezmann ? Des têtes de gondoles pour shampoing et rasoirs. Souvenez-vous, on vous a vendu Martial comme un super champion quand il est passé de Monaco à MU. On attend toujours. Ce n’est pas parce que Messi et CR7 sont des trentenaires qu’ils vont être rejoints et dépassés par Kylian Mbappé et Erling Haaland. Rien ne le dit. Rien ne le prouve. Peut-être sont-ils des météores ? Devant eux, il y a le magnifique Lewandowski.

Mbappé, ou est le vrai ? Celui qui réalise un triplé à Barcelone- devant les Catalans les plus faibles depuis 15 ans- ou celui qui fait gagner Nantes sur une passe à l’adversaire (1-2), qui se traîne contre Monaco vainqueur à Paris (0-2) ou qui est une ombre devant l’Ukraine (1-1) ? Les deux mon général !

Pour expliquer sa défaillance devant les Ukrainiens, D. Deschamps a dit :

-«Il avait deux ou trois joueurs sur lui… Il faut pouvoir le servir un peu plus dans l’espace, venir parfois à deux ou trois autour de lui ».

C’est ce qui s’appelle avoir un régime de faveur de la part de son sélectionneur. Hatem Ben Arfa n’a pas eu droit à ce genre de délicatesse. Dès que Mbappé rate un match, la presse le console. Dès que Ben Arfa rate une passe, il est dézingué. Deux poids, deux mesures.

Mbappé a marqué 100 buts en L1, très bien.

Il doit savoir que plus on est connu et redouté, plus c’est difficile de s’exprimer. Il n’y a qu’à voir Neymar : il ne supporte pas les charges adverses. Toujours HS dès qu’on lui asticote les chevilles.

Mbappé est devenu la locomotive médiatique de l’EDF depuis la mise à l’index de Karim Benzema. Oui, je sais, il s’y est mis de lui-même, patata patati… Il fallait une icône aux marchands du temple. C’est tombé sur « la gamin de Bondy », le sprinter du football sans jeu de tête, avec un très faible pied gauche et incapable de marquer sur coup franc. Le football français avait besoin d’un leader économique. Parfois, il est présenté comme le futur prix Nobel de littérature parce qu’il sait parler à l’inverse de Griezmann qui dit « voilà » tous les cinq mots. Lloris ? Ballon d’or de la langue de bois.

Malgré son beau parcours, pour un joueur si jeune, Mbappé n’a pas la panoplie des grands joueurs. Il peut être Ballon d’or s’il gagne la C1 avec le Real Madrid ou le Bayern Munich. Avec le PSG ? Un 1 % de chance. La Juve a gagné deux fois la C1 sur 9 finales ! Il faut respecter la C1. Et non pas la traiter comme si c’était un trophée de Patronage.

Mbappé doit savoir s’exprimer dans la pleine hostilité. Comme le font CR7 et Messi. Et cesser de gémir dans la surface de réparation pour un petit bobo. Qu’il regarde la vidéo de Maradona, découpé par un boucher en 1983.

Les joueurs actuels ont la chance d’être protégés par les arbitres. Et la vidéo.

Maradona s’est fait descendre à Séville.

Maradona a su s’exprimer sur des champs minés, lui.

Mbappé est toujours cité comme étant le meilleur joueur français. Pourtant le joueur indispensable s'appelle N'Golo Kanté, 30 ans. L'inlassable marathonien sait briser le jeu adverse à des moments importants et sa relance est à 99 % parfaite. Il est donc à la base de toutes les actions de Mbappé car sans ballon un attaquant court à vide. Au Kazakhstan, Kanté, blessé, ne joue pas. On a vu que lors de la finale de l'Euro 2016- D. Deschamps ne l'avait pas mis titulaire- sans lui, la France a perdu contre le Portugal car personne ne savait mettre de l'ordre dans la maison. Au Kazakhstan, les Français seront frigorifiés. Attention aux blessures musculaires sur terrain synthétique. Si la hiérarchie est respectée, les Tricolores devraient l'emporter très facilement mais le football n'est pas aussi simple que 2 et 2 font 4.