L'équipe de France de Deschamps n'a aucun leader naturel

L'équipe de France gavée de matchs amicaux en bois s'est vue trop belle alors qu'au pied du mur de l'Euro elle a quitté le tournoi dès les 8e de finale, lors du premier match à élimination directe. Bilan sur 4 matchs: 1 victoire, deux nuls et une défaite. Pitoyable pour les champions du monde 2018. Surtout qu'ils se croyaient irrésistibles comme ne cessaient de le répéter les journalistes qui sont en fait des attachés de presse, tant ils ont peur de ne plus avoir d'interviews de millionnaires qui les méprisent. Dans L'Equipe du 30 juin, on peut lire à propos de la défaite contre la Suisse: "éliminée par une équipe qui lui était inférieure" (sic) Jamais ses flâneurs salariés n'écriraient un tel jugement sur une équipe africaine. Lire ça dans un quotidien sportif ! On voit qu'un monopole nuit à la qualité, faute de concurrence. "Inférieure" sur le papier ? Au niveau prétention et arrogance c'est sûr que les Suisses sont inférieures aux Français. On l'a vu quand à 3-1, Pogba et Kimpembe se sont mis à danser, déclenchant immédiatement la magistrale riposte des Suisses, fous de rage qu'on les prenne pour de vulgaires sparring-partners.

Les résultats des pour les 1/4 de finale de l'Euro 2020

Suisse 1- 1 Espagne qualifiée aux tirs au but et Belgique 1- 2 Italie

République Tchèque 1 -2 Danemark et Ukraine 0- 4 Angleterre

1/2 finale : 6/7 Italie-Espagne et le 7/7 Danemark-Angleterre. Les 2 matchs à Londres.

Finale, le 11/7 à Londres.


On le savait, ce fut confirmé. La France de D. Deschamps n'a aucun leader, sauf lui, mais lors de l'Euro, il s'est laissé dépasser par les événements. On a vu Coman, lui tenir tête. Un esclandre devant l'Europe entière. On a constaté que la poigne de fer de Deschamps n'était plus qu'une illusion. Cela vaut le triste spectacle en AfSud 2010. Coman, condamné en 2017 pour "violences conjugales" sur son ex-compagne, la maman de sa fille. Je le préfère buteur en finale de la C1 de l'unique but, pour le Bayern Munich contre le PSG son club formateur. Si Hatem Ben Arfa avait été condamné comme Coman il aurait été interdit d'équipe de France. Et étrangement, Ben Arfa a été fracassé par le milieu du football tandis que la condamnation de Coman est passée comme une lettre à la poste. Aucun débat sur le minimum d'éthique pour représenter la France.

La France n'a donc aucun leader.

Dans les années 1970-1980, le leader s'appelait Platini. Leader sur le terrain et dans les vestiaires.

Dans les années 1998-2006, le leader s'appelait Zidane, leader technique. Le leader de vestiaires était Deschamps, avec non loin de lui Marcel Desailly. Les deux joueurs défensifs ont pris le pouvoir avec l'éviction de Cantona, leur capitaine. Les défenseurs ont voulu démontrer qu'ils gagneraient la Coupe du monde 1998- disputée en France- ce que n'ont jamais su faire les artistes Kopa et Platini. Et ils ont réussi avec d'excellents joueurs: Barthez, Blanc, Thuram, Djorkaeff, Zidane, Petit...

Dans les années 2018-2021, Deschamps s'est activé dans un premier temps à remettre de l'ordre en EDF, ce qu'avait commencé à faire L. Blanc. La Coupe du monde 2018 a été gagnée avec notamment Paul Pogba qui a repris le rôle "d'aboyeur" laissé valide depuis le départ d'Evra dont le mental était la qualité première, celle qui avait tant séduit Sir Ferguson au point d'en faire son capitaine, à Manchester United alors riche de Wayne Rooney et Paul Scholes, des joueurs monumentaux.

Pogba titulaire ou pas à MU, bénéficie tout le temps de sa place en EDF, ce qui lui permet de se relancer. Il a renvoyé l'ascenseur à Deschamps par une constante application que les fans de MU ne lui voient jamais sous le maillot de Man United où il est mal utilisé. Comme la France est devenu championne du monde 2018 avec Pogba celui-ci s'est donné des galons de leader à lui-même pour faire comprendre de manière tacite à Deschamps qu'il en avait fait un sélectionneur champion du monde ! C'est là que Deschamps s'est laissé déborder.

Du coup, pendant cet Euro, il n'y avait plus de chef d'orchestre. Toutes les partitions étaient mélangées. Musique cacophonique.

Voyons la liste des joueurs. Maignan, Dubois, Zouma, Lemar, Koundé, Ben Yedder, sont là pour faire nombre.

Joueurs remplaçants: Mandanda, Lenglet, Thuram junior, Tolisso, Sissoko; Digne, Tolisso, Coman.

Parmi les titulaires, aucun vrai leader:

Lloris: roi de la langue de bois devant la presse. Dans le vestiaire, ses partenaires le respectent pour son immense talent mais ce n'est pas un leader de terrain comme le furent Platini et Zidane. Après avoir arrêté le penalty si important contre la Suisse, on a vu qu'il n'avait pas le charisme de Yachine. Il reste un grand frère, pas du tout un patron. Absent totale de charisme. Trop introverti en public.

Hernandez: joue avec un gros coeur mais toujours dans le rouge. N'a pas 10 % du talent du rendement de Manuel Amoros, le plus grand latéral des l'Histoire des Bleus.

Kimpembe: n'est pas un cador constant. Joue parce qu'on a décidé d'en faire un titulaire, mais ne dégage pas la force des grands centraux.

Varane: joueur surcoté parce qu'il joue au Real Madrid où il n'a jamais pu être à la hauteur du mythique Ramos, leader de terrain et de vestiaire. Il est meilleur dans la pub Hugo Boss. A ce propos, le Boss c'était Hugo Lloris!

Pavard: comment un joueur aussi faible peut-il jouer au Bayern Munich ? Va vivre toute sa carrière pour un but marqué en Coupe du monde, mais ce n'est même pas l'ombre de Thuram.

Kanté: le seul joueur avec Lloris qui mérite d'être titulaire. C'est lui qui tient la barraque au milieu du terrain mais il déteste tant la putasserie médiatique qu'il ne s'est pas construit de marionnette médiatique comme l'ont fait Griezmann et Pogba. Comme il n'existe pas dans le PAF, les journalistes le sous-estiment, et donc le méprisent. Lui pourtant devrait être un leader de terrain.

Rabiot: rappelé pour remplacer Matuidi, le coeur pur. Cependant son football n'arrive pas à allier la créativité et la force. Ce n'est ni Pirlo, ni Gattuso. Matuidi lui se contentait d'être un piston increvable, sans lorgner vers le beau toucher de balle. Sa mère est trop présente dans sa carrière - ça fait fifils à sa mamou- comme le père de Mbappé est trop présent dans celle de son fils. Aldo Platini n'a jamais servi d'agent à son fils, à l'inverse du père du Neymar.

Pogba: a décidé de s'approprier le rôle de chef puisque personne ne le prenait. Ses bonnes intentions- son but sublime contre les Suisses- ont été gâchées par son péché mignon: la frime, l'orgueil du parvenu. Un vrai patron de terrain aurait demandé à ses partenaires de sortir le rideau de fer à 3-1. Au lieu de ça, il nous a fait une "Ginola" digne de France-Bulgarie 1993. Pourquoi avoir incendié Ginola alors qu'on passe sous silence la bévue de Pogba ? Je vous laisse deviner. Dans L'Equipe, Pogba est classé dans les réussites françaises du tournoi. Ils vont lui donner le Ballon d'or 2021 !

Griezmann: joueur très collectif, pourrait être leader de terrain parce qu'il donne toujours le bon exemple mais ne dégage pas d'autorité pour être pris au sérieux. A été désigné star par le PAF pour vendre l'équipe de France. Sourire de façade, à la Claude Rich.

(Giroud) et Benzema: le premier a été évincé du onze au profit du second, au motif que Benzema joue au Real tandis que Giroud ne joue pas souvent à Chelsea. Les médias n'ont pas commenté cette injustice mais ils auraient hurlé si on avait éjecté Benzema pour mettre Giroud titulaire. Le fait d'avoir repris Benzema, a enlevé de la présence médiatique à Giroud, Griezmann et Mbappé. La jalousie de traitement a fait son apparition. La cohésion des champions du monde 2018 a été brisée. La fameuse balle dans le pied. Et quand on joue au football c'est embêtant. Deschamps a pu constater les dégâts: la France à la maison dès les 8e de finale ! Benzema n'a pas démérité mais il a pris trop d'importance sur le collectif. Son but était de se racheter une conduite auprès des Français. Mission accomplie. Il va pouvoir retourner dans les vestiaires du Real Madrid avec le costume d'un international. La réussite de son come back a failli être flamboyante après son doublé contre la Suisse, hélas! le football en a décidé autrement. Giroud s'est plaint que Mbappé ne jouait pas assez sur lui, le peu de temps où il était sur le terrain. Pendant l'Euro, Benzema s'est fait tout petit, passant son temps à faire rizette aux caméras, pour être le gentil loin de la mine patibulaire qu'il affichait auparavant, en France, et jamais en Espagne

Mbappé: c'est la grenouille qui se veut boeuf. Il court vite mais il a une piètre technique, on s'en est aperçu sur le tir au but dont la lecture de la trajectoire de son tir était visible dans sa course vers le ballon. Il n'est pas bon sur coup de pied arrêté, et n'a aucun jeu de tête. Ce n'est pas un avant-centre, juste un ailier de débordement. Ses dribbles ne sont pas de grandes qualités. A 22 ans, il se comporte comme jamais ne l'ont fait Kopa, Platini, Papin, Cantona, CR7, Messi... Il parle trop dans les médias qui ont besoin de lui pour vendre leurs salades. Après son échec aux tir aux but qui a éliminé la France, il a communiqué sur les réseaux sociaux. Il est bien un joueur de son temps. Dès qu'il perd, il disparait de plein gré des radars. Un joueur surcoté, comme Varane. La France avait besoin de trouver un remplaçant de Zidane pour mettre en une, c'est tombé sur lui. Ils avaient essayé Martial mais cela n'a pas duré longtemps. Mbappé a tout compris du système médiatique. Un as des petites phrases comme les politiciens. Très intelligent mais sa marionnette a pris le dessus sur le joueur. Il finit par agacé quand il envoie des messages codés, genre: si la France me critique, je pars à l'étranger ! Ou, je reste à Paris, si Paris se renforce: ce qui veut dire que ni lui ni Neymar ne sont capables de faire gagner la C1 à Paris.

Le sélectionneur, D. Deschamps: a subi une cascade de blessures, les joueurs sont sortis carbonisés par la saison. Idem pour les autres équipes. A fait débuter le jeune Koundé: cadeau empoisonné. Est tombé dans le pire des groupes, avec l'Allemagne et le Portugal. Cela a empêché la montée en puissance. Il a fallu démarrer pied au plancher devant l'Allemagne (1-0), et le fait d'avoir fait 1-1 lors du deuxième match contre la Hongrie, a empêché de faire jouer les coiffeurs lors du troisième face au Portugal (2-2). Le politicien du football va rester en place car le métier de sélectionneur c'est du travail sur un volcan lors de l'Euro et de la coupe du monde, au milieu de grandes vacances perpétuelles. Eliminée en 8e de finale, la FFF va perdre, à basse estimation, 10 M€, pendant que les sponsors font grise mine ainsi que les chaines de TV qui comptaient faire exploser l'audimat en diffusant des maths de l'EDF pour alpaguer le plus grand nombre de badauds pour qui le "fouteballe" consiste à marquer des buts. Zidane doit attendre la fin de la Coupe du monde 2022. Plus qu'un an à patienter. Autant lui que nous, les puristes du jeu. Deschamps s'accroche à son siège comme Coman à sa place. Et même comme Cicéron à son urinal.

PS: des observateurs disent qu'il a manqué Rami pour faire le lien entre les joueurs. La FFF devrait penser à engager un clown. Il n'en manque pas dans le PAF.