La bio non autorisée de D.Deschamps par B. Pascuito, plus d'autres livres



Liste de livres sur le football, plus boxe, judo, athlétisme, natation et vélo:

-Didier Deschamps. La victoire et rien d'autre, Bernard Pascuito. Editions du Rocher, 332 p., 19, 90 €.

Cette biographie non autorisée fait du bien aux yeux quand on songe au football actuel qui n'est plus que de la communication. Il suffisait de lire le Parisien du 6 juin 2021 dont la une disait: "Deschamps. Ce qu'il n'a jamais dit sur le sport". A l'intérieur, rien ! C'est ce qui s'appelle de la "com.. maîtrisée". Dans l'interview, le sélectionneur parle des "belles valeurs" du rugby. Le cliché des clichés. Le XV de France a tant de valeurs qu'il ne gagne plus rien depuis des années. Où sont les nouveaux Spanghero, Maso, Boniface (les deux), Blanco ou Rives ? Ceux qui veulent en savoir plus sur le sélectionneur doivent lire Bernard Pascuito qui n'est pas un passeur de plats. Il ne prend pas la plume ou l'ordinateur pour servir la soupe. Nagui et sa clique le lui ont bien fait comprendre sur le service public. Le passage consacré à l'animateur n'est pas habituel dans le PAF où tout le monde rampe pour être invité. Pascuito n'est pas de ces journalistes qui se transforment en attaché(e)s de presse. Son chapitre sur Deschamps à la Juventus Turin est titré: "Des années très chargées". Comprenne qui pourra, dirait Georges Pompidou. Deschamps est un politicien du football, capable de rester en place après avoir perdu la finale de l'Euro 2016 en France. Unique au monde. Deschamps a très bien su transformer la sélection en club. Ce n'est pas facile. Bravo ! Il suffit de voir Pogba et Griezmann qui jouent en EDF comme ils ne savent pas jouer à MU et au Barça. Cependant, il ne faut pas évacuer tout le vacarme des années OM lorsque Deschamps y jouait, et aussi tout le vacarme du procès de la Juve où il fut appelé, avec Zidane, comme témoin. Pascuito n'écrit pas comme un béni-oui-oui. Deschamps ne recommandera à personne de lire cette biographie. Et le cordon sanitaire médiatique autour du sélectionneur- tous ses copains consultants- fait et fera tout pour ne pas en parler. L'éditeur a été courageux d'éditer cet ouvrage qui d'emblée a un handicap commercial: le souci de l'auteur de bien faire son métier. Les biographies traditionnelles sont d'habitude toutes des torchons écrites par un "auteur fantôme" qui porte bien son surnom.

-101 fois Ronaldo, Régis Dupont. Solar, 371 p., 16, 90 €.

Idéal pour les jeunes qui prennent vite la grosse tête. CR7 est un monstre de travail, qui passe son temps à entretenir son corps pour être toujours en forme. Ronaldo, en plus de toutes ses qualités, ne se moque jamais du public. Il joue à fond tous les matchs. Il a réussi à s'imposer au Portugal, en Angleterre, en Espagne et en Italie. Unique au monde. L'un des meilleurs joueurs de tous les temps. Au-dessus de Messi.

-Les vrais maîtres du jeu, Vincent Duluc. Solar, 240 p., 16, 90 €.

Cruyff avait besoin de Neeskens, Platini de Tigana, et Zidane de Makelele. Et Messi de Busquets (Barcelone) qu'il n'a pas en Argentine. Bobby Charlton avait aussi la nécessité d'avoir auprès de lui Nobby Stiles. Ceux que le public ne voit pas tapent tous dans l'oeil des vrais connaisseurs.

-Pourquoi le Football ? Stéphane Floccari. Les Belles Lettres, 288 p., 16, 90 €

Tout ce qui concerne le ballon rond depuis avant Jésus-Christ. L'auteur passe en revue le Kemari (Japon), le Tlatchi (Aztéques), le Taladzi (Mayas), l'Episkeros (Grecs), l'Harpastum (Romains), la Soule qui a donné naissance au rugby... Remarquable étude historique du football qui fut interdit en Angleterre par différents rois dés le XIXe siècle.

-Pour la beauté du jeu, Gilbert Grellet. Kero, 200 p., 16, 50 €

L'esthétisme a tendance à disparaître. Le presse parle plus des 3M€ gagnés par Neymar au PSG, par mois, que de l'élégance de Roger Federer. Les cheveux décolorés de tels joueurs quelconques en font une star. Le sport est un esthétisme ? Oui.

-Ladies Football Club, Stefano Massini. Traduit de l'italien par Nathalie Bauer. Globe, 180 p., 20 €;

Livre en vers libre qui fait penser à Ken Loach, le cinéaste amoureux du football, du vrai football, celui encore visible sur des terrains vagues. Le bel ouvrage raconte l'éclosion du football féminin en Angleterre, pendant la Première Guerre mondiale. En France, le focus sur le football féminin a été mis dès lors que l'on a médiatisé les femmes des joueurs lors de la Coupe du monde 1998 !

-Le champion nu, Barry Graham. Traduit de l'anglais (Ecosse) par Clélia Laventure. Editions Tusitala, 220 p., 20 €.

Nouveau livre sur la boxe par le biais d'un narrateur journaliste, ancien boxeur, sur fond de love story. Une suite de dialogues rendent vivant l'ensemble.

-Judoka, Thierry Frémeaux. Stock, 280 p., 20, 90 €.

Le délégué général du Festival de Cannes est un vrai passionné de sports, ce qui nous change des opportunistes.

-Olympia, Paul-Henry Bizon, Gallimard, 220 p., 18 €.

Une tentative d'explication de l'attitude de Marie-José Perec qui a fui Sydney juste avant les J.O. 2000. Pourquoi s'est-elle préparée pour ces Jeux en Allemagne alors qu'elle vivait à Los Angeles ? En plus auprès de l'entraîneur Wolfgang Meier, le mari de Marita Koch, la sulfureuse recordman du monde du 400 m depuis 1985... L'auteur évoque la dystonie: quand la pression est trop forte, le corps se bloque. Etonnant livre sur la plus grande championne française d'athlétisme. Le sport désormais est autant chez Solar que chez Gallimard. Il en a fallu du temps !

-Le club des aquarêveurs, Valère-Marie Marchand. Heliopoles, 150 p., 15 €.

Eloge de la natation par une plume qui maintient la prose hors de la noyade stylistique. C'est alerte, poétique, intelligent, plein d'humour. Un vrai très bon livre qui mériterait toutes les attentions médiatiques mais le PAF n'aime pas les gens libres car VMM est un être vivant qui pratique la vie aussi libre que la nage qu'elle connait sur le bout de tout son corps.

-Cyclistes de légende, Pierre Lagrue & Philippe Lorin (Illustrations). Les éditions de Paris/ Max Chaleil

Une galerie de trente portraits de champions d'hier et d'aujourd'hui: de Petit-Breton à Julian Alaphilippe avec chaque fois une page de repères biographiques très bien présentés. On y trouve aussi Coppi et Anquetil mais pas Armstrong et Pantani.