Le France aligne une équipe Espoirs face à la Croatie de Modric

Le virtuose Modric a été Ballon d'Or 2018. Une bonne décision, il venge ainsi Xavi et Iniesta qui auraient dû l'avoir au moins une fois dans le double règne de Messi et C. Ronaldo qui ne sont toujours pas remplacés. Cette année c'est au tour de Benzema de le recevoir.

Lundi 6 juin 2022

Ligue des Nations

Croatie 1-1 France

But pour la France: Rabiot (52e)

But pour la Croatie: Kramaric (83e)


APRES LE MATCH

De tous les "coiffeurs" qui ont joué ce soir, on en verra peu jouer au Qatar.

Il faut retenir Tchouaméni et le gardien Maignan. Deux titulaires en puissance.

Ses deux joueurs brilleront avec Zidane comme sélectionneur. Encore un peu de patience.

Il est temps de tourner la page Lloris.

Dans un monde qui tourne rond. Il faudrait donner le brassard à Benzema, Ballon d'or 2022. Et mettre Meignan titulaire.

Ne vous faites pas de films, on verra au Qatar tous ceux qui restent et qui ont été champions du monde 2018. Peu de sélectionneurs savent dire aurevoir et merci à des joueurs qui ont gagné un titre.

On verra Griezmann qui en ce moment ne parle plus, vu son désastre à Barcelone et les pages faits divers où l'un de ses anciens proches occupe le terrain.

On verra Mbappé, Varane, Pogba et cie.

Souvenez-vous de la France 1998 qui s'est vautrée en 2002.

Meignan gardien au Qatar, comme Ettori qui avait pris la place de Baratelli en 1982 ?

Même pas en rêve. Il faut attendre la nomination de Zidane.



AVANT LE MATCH

Combien la France va-t-elle en prendre à Split ?

Quand on voit la composition on se demande pourquoi K. Thuram et A. Gouiri, deux Niçois, n'ont pas été convoqués en France A. Ah ! parce qu'ils jouent à Nice ! S'ils jouaient à Monaco, Marseille ou le PSG, ils y seraient déjà.

Il semble que ce groupe soit envoyé à l'abattoir pour que la presse écrive ensuite que Lloris, Pogba, Griezmann, Varane, Kanté, Mbappé sont indispensables.

Ce groupe de "coiffeurs" peut-il gagner contre la Croatie ? D'habitude quand on lance un tel assemblage d'Espoirs, la défaite est assurée. Les remplaçants qui veulent être titulaires ne démontrent jamais rien. S'ils sont remplaçants ce n'est pas pour rien.

Les Espoirs et France A, c'est la nuit et le jour. Rien à voir. Une terrifiante différence de rythme et d'intensité.

Kimpembe capitaine ? Cette équipe de jeunes aurait été possible avec Benzema titulaire et capitaine. Pour le récompenser de sa saison et d'avoir tourné la page du procès interminable qui l'a empêché de devenir meilleur buteur des Bleus.

Il faut rappeler qu'il n'était pas dans le bus des millionnaires grévistes en AfSud alors que T. Henry, oui. "Titi" escorté par la police pour aller ensuite tout expliquer au locataire de l'Elysée. Le public, lui, a été laissé à l'écart. Le public, on s'en moque. Il a suffi de voir la sécurité au SDF en finale de la C1 2022 pour s'en rendre compte. Une finale traitée par les pouvoirs comme si c'était un match de kermesse d'un village de 200 âmes.

La France a 1% de chance de gagner à Split.

A. Tchouaméni va devoir faire le travail de 4 joueurs. Sa titularisation n'est pas un cadeau.

Pour les autres, on ne s'invente pas international A en fin de saison où les organismes sont cramés.

Les footballeurs de 2022 ne sont plus des esclaves, au sens de Kopa, à savoir liés à vie à un club, mais ils sont les nouveaux esclaves économiques. On les utilise pour faire de l'argent. Au mépris de leur santé. Pendant ce temps, un placardisé à la FIFA veut une World Cup tous les deux alors qu'il ne voulait pas prêter ses joueurs aux équipes nationales quand il était entraîneur.

La ligue des Nations n'est pas la Ligue de Passions, c'est un tournoi de sixte pour faire tourner la boutique. La preuve, la FFF envoie à Split les seconds couteaux qui rêvent d'être Pelé et Maradona alors qu'ils ne sont même pas Pogba et Griezmann.

Cette équipe de France bis est faite pour faire plaisir aux familles des joueurs, et pour plaisir à quelques journaleux qui se prennent pour R. Domenech ! Pour gagner à Split, elle devra compter sur des erreurs d'arbitrage ou sur la faillite collective de la Croatie qui a besoin de prendre sa revanche de la finale de la Coupe du monde où elle a été battue par la France, à cause de la VAR.