On peut détester Céline et gagner de l'argent sur son dos.


Le receleur des manuscrits de Céline devait conserver les manuscrits volés chez Céline jusqu'à la mort de Madame veuve Céline-Destouches car il ne fallait pas qu'elle touchât un centime puisqu'elle était la femme de.... Sous-entendu, elle pensait forcément comme son mari. N'est pas féministe qui veut ! Une femme, quoi, ça pense comme le chef de famille !

Et Le Monde qui gagne de l'argent avec le nom et l'image de Céline l'antisémite cela ne dérange personne ? Il y a eu des polémiques pour moins que ça.

Le hors-série de l'été 2014 est de nouveau disponible, juste un peu actualisé. Il faut battre le fer quand il est chaud.

Le titre a changé. De "Céline entre génie et provocation" on est passé à "Céline l'imprécateur". C'est ce qui s'appelle réajuster le tir. Peut-on être antisémite et génial ? J'imagine les discussions dans la rédaction. Ils n'ont pas lu Georges Bernanos qui a écrit en mai 1944: "... antisémites. Ce mot me fait de plus en plus horreur, Hitler l'a déshonoré à jamais." Etre antisémite avant-guerre ou après-guerre, n'excuse rien. Bernanos n'a pas écrit: "Céline l'a déshonoré à jamais". A la vérité, être antisémite dans les années 1930 ou l'être quand on est né dans les années 1960, cela n'a rien à voir. Entre-temps, il y a eu les camp de la mort. Le Monde l'a compris puisque le journal a évincé du nouvel hors-série un auteur de crobards immondes et nuls

On ne doit pas évoquer Céline avec des gants de ménage et une pince à linge sur le nez, comme celles qui lui servaient à pendre sa haine. Céline est un écrivain, un artiste du langage, pas un homme politique qui cherche des voix. Lui il avait la sienne. Et s'en servait, selon son humeur. Une voix reconnaissable entre toutes. C'est Le Cri de Munch version littérature.

Le quotidien qui n'a plus rien à voir avec celui de Pierre Viansson-Ponté, ni de celui du Monde des Livres de François Bott, fait la publicité du hors-série dans le quotidien du 19-20 juin 2022. Ce n'est pas demain que l'on verra un hors-série sur Emmanuel Bove ou Henri Calet. Le Monde s'appelle toujours Le Monde mais où sont les articles de Bertrand Poirot-Delpech ou son équivalent ? C'est comme si j'achetais le DVD du Samouraï sans Alain Delon. Les journaux restent mais les journalistes passent.

Le Monde vend sa camelote par le biais de celui qui se décrivait comme un "infâme et répugnant saligaud". Alors pourquoi faire un hors-série ? Celui revient donc évidemment à en faire un sur Hitler, au nom de l'Histoire. Et non pas au nom des affinités. On a bien comprends le message.

Cependant, Céline s'évaluait de la sorte non pas pour se définir à 100 % mais pour énoncer ce qu'on disait de lui.

Quand on lit, il faut savoir lire. Sinon, mieux vaut lire Martine à la plage.


[Post dédié à Pierre Monnier]