top of page

Second tour des législatives 2024: le grand carnaval de la compromission dans l'attente du retournement des vestes. Le verdict des uRNes est contesté par les bobos.

Les perdants s'unissent pour contrer les vainqueurs des élections. Ils vont essayer d'imposer un gouvernement de transition pour empêcher le RN d'accéder au pouvoir les mains libres. On sent une panique générale. Les incendiaires crient au feu et veulent faire une coalition de losers ! Avez-vous vu l'exilé dans l'Elysée ? Il continue ses séances de selfies comme si de rien n'était. C'est jouer à la marelle sur un volcan en pleine irruption. L'entouré de gorilles et de "cloportes" (Le Maire) se voile la face au milieu de ses alliés antisémites, islamistes déclarés à visage ouvert. La politique politichienne fait rage. Tous les électeurs du RN sont ostracisés, considérés comme de très mauvais Français par les bobos qui ne cessent pas de les affubler de tous les maux, de toutes les tares: d'après la pensée unique toujours positionnée dans le camp du bien, ceux qui ont glissé dans l'uRNe un bulletin RN sont racistes, machistes, homophobes, xénophobes... Cette thématique est reprise en haut lieu et dans tout le PAF à l'exception du groupe Bolloré dont on a compris qu'il ne roule pas pour le pouvoir en place. Le boycott de CNews par l'Elysée et ses serviteurs a été une faute historique. Les bobos de la capitale totalement déconnecté du désir de changement initié par les électeurs du RN font unité contre "ceux qui ne sont rien". Le cliché persiste: la gauche caviar s'oppose au béret, à la baguette et au litron de vin. Les appareils politiques magouillent entre eux pour obtenir des sièges à l'assemblée: ils se foutent des électeurs comme de l'an 40 ! Le 7 juillet les uRNes devront confirmer le vote massif du premier tour: l'écrasante domination du RN malgré les votes par procuration de ceux qui ne savent pas qui est Camille Chautemps et encore moins Phillipe Berthelot. C'est le match du vélib germanopratin contre la bonne Deuch en rase campagne. Des antisémites notoires ,mauvais chic mauvais genre, viennent d'être élus au premier tour. On les a vus s'embrasser, ivre de joie, dansant sur la mémoire des victimes de la barbarie du 7octobre 2023.

Nul en stratégie, le futur ex locataire de l Elysée a offert le pouvoir au RN alors qu'il avait une autoroute pour aller au terme de son mandat présidentiel même s'il était raté.

Pas besoin de faire l'ENA pour avoir aussi peu de pertinence dans l'analyse.

Il a montré ses limites en prospective. En perdition, il nomme ses copains et coquins là où il peut. Sa copine d'études va quitter les loges des J.O. Elle peut jeter ses cartons d'invitation. On n'entend plus le chef de la délégation celui qui faisait plouf plouf en canoë. Il est où ? Son répertoire n'a pas Bardella à la lettre B.

En plus, l'initiateur qui a reconvoqué les électeurs a prétendu donner la parole au peuple mais une fois tombé le verdict des urnes qui a désigné en tête le RN, il appelle à voter pour la clique antisémite de Mélenchon, c'est ce qui s'appelle contester le suffrage universel.

La classe politique habituée à se partager le pouvoir depuis 1981, ne supportant pas le vote démocratique quand il ne va pas dans la tendance voulue, évoque toujours le barrage républicain qui n'est que l'ultime astuce pour barrer la route au favori des urnes.

Les gavés par le système disent "on va gagner" alors qu'ils viennent de perdre 5-2 !

Ils s'acharnent à voler la victoire du RN. Attitude antidémocratique.

Ils ont du mal à admettre que leur démocratie totalitaire n'a plus que quelques jours à vivre. Il va falloir qu'ils rendent les clefs de la Maison France, et ça les rend fou.

Il n'y a plus de programmes politiques. Le mot d'ordre c'est: tous contre le RN. Tout sauf le RN.

Actuellement la France est dans le caniveau

On voit l'ex futur premier tracter comme un étudiant. Avec une attention teintée de mépris il a été traité de "petit frère" par son mentor.

Qui paye ses actuels déplacements en province ? Fait-il campagne sur le dos des Français avec l'argent des contribuables ?

Le président des chrysanthèmes, lui, se balade dans la rue, pâle imitation de Tom Cruise.

Le chef d'Etat censé incarner l'esprit de la nation fait peser la menace d'une "guerre civile".

Les faux démocrates n'ont qu'à abolir le vote, et dire que tout se jouera dans la rue !

La tambouille règne. On voit des gens appeler à voter pour leur pire ennemi, au nom du geste républicain, véritable tarte à la crème.

Les désistements interviennent pour freiner la vague RN.

Annoncé premier ministre, Jordan Bardella est traité dans la boue parce qu'il est beau et jeune. Son intelligence est mise en doute. Il est frappé par le délit de belle gueule !

Les électeurs sont traités comme des abrutis.

A qui profite ce déclin spirituel ?








コメント


bottom of page