La France entre bien dans la Coupe du Monde 2022

C'est toujours la même histoire. Dés que la Coupe du monde commence, ou l'Euro, le président de la république cède la place au sélectionneur national des Tricolores. La politique passe au second plan. Le football est une tornade.




Mardi 22 novembre 2022

1er Tour Coupe du Monde

France 4-1 Australie

Buts pour la France: Rabiot (27e), Giroud (32e, 71e), Mbappé (68e)

But pour l'Australie: Goodwin (9e)


APRES LE MATCH

Ils sont où ceux qui boycottent ?

Devant leur télé !

Le football est plus fort que tout, et il a encore gagné !

La France a mal débuté. Normal, c'est une équipe en reconstruction.

La Grande qualité de Deschamps: il a transformé la sélection en club

La France a pu compter sur Rabiot qui a remis l'équipe d'aplomb.

Ensuite, l'attaque a pris le relais.

Giroud a fait ce qu'il fallait.

Griezmann a bien joué, un cran sous "Olive"

Les actions dangereuses sont venues des ailes, comme dans le vrai football.

La France a plusieurs ailiers: les deux latéraux, Dembélé, Coman et Mbappé, extraordinaire sur le 4e but: il contrôle le ballon, s'amuse a faire peur au défenseur, accélère, centre, but !

C'est ça le football, le jeu, l'amusement, la feinte, l'adresse, la joie de vivre.

En plus, il a marqué de la tête. Rarissime !

Quand un Hernandez se blesse, un Hernandez bis arrive. Ils sont le sang chaud les frangins, une grinta sudaméricaine des grands jours.

La France n'a pas trop eu a défendre, donc on n'a pas senti l'absence de N'Golo Kanté.

La charnière centrale n'a pas été à rude épreuve. On n'a pas pu la tester.

Pour une équipe new look, ce fut très bien.

A noter que l'absence de Benzema a libéré les attaquants.

Aucune des buteurs n'a soulevé son T-shirt dévoilant: "Pour toi Karim !"

L'équipe de France joue différemment sans Benzema car le Madrilène évolue à la fois comme Griezmann et Giroud, donc il casse le système en place.

Karim Benzema est maudit en Bleu. Il devrait prendre sa retraite.

Au Real Madrid, il est rayonnant. En Bleu, terne, on dirait un espoir.


AVANT LE MATCH

Au coup d'envoi, cette équipe de France n'existe pas. C'est une tombola ! Une loterie nationale! Ca passe ou ça casse ... Aucune garantie. Que des plans sur la comète.

Elle n'a pas de patron à part Deschamps.

Le boss c'était Pogba qui a pris le pouvoir car en club ça n'allait pas du tout, mais vous avez vu où il est... Lui c'était le patron des vestiaires. A présent, c'est sa maman qui parle pour lui sur TF1.

Le patron du terrain c'était Kanté. HS lui aussi.

Lloris capitaine ? Pas un leader, sauf en conférence de presse pour ne rien dire. Il se cache trop derrière sa langue IKEA.

Mbappé ? Lui c'est le boss médiatique. Il manipule le PAF à sa guise. Il fait ramper la presse.

D'aucuns le comparent à Pelé... Moi, je suis Tolstoï alors !

Ah ! j'oubliais... il y a aussi le patron de la pub: un Beckham version bonzaï.


Le football est pris en otage. Ce n'est plus que de la com., sauf pendant les matchs.

On a vu une déferlante contre le Qatar alors que la France n'a pas su organiser la finale de la C1 2022 au SDF !

Ils se donnent bonne conscience en crachant sur le Qatar alors qu'ils sont à plat ventre devant Mbappé, l'ambassadeur mondial du Qatar, 365 jours par an.

Le football a tant de succès qu’il est dépecé par les rapaces tous azimuts. Aux premières loges, le Dieu argent, comme disait Lecomte de Lisle. Ensuite un cheptel d’économistes, qui sont en fait des politiciens masqués, tirent à boulets rouges sur le football dès que se déroule une grande compétition. Tous les détracteurs du football se saisissent du football pour se mettre en lumière dans l’actualité. Que pèse le festival de Cannes face à une Coupe du monde ?

On a entendu Hugo Lloris ne vas vouloir porter un brassard LGBT parce qu’il respecte les lois du pays hôte. Pas un mot d’Antoine Griezmann qui avait salué la communauté homosexuelle en 2019. On nous prend vraiment pour des imbéciles

L’indignation a géométrie variable est de mise en 2022. Je préféré pratiquer l’exercice d’admiration. Depuis 1959 ; je vois le football comme de l’actualité heureuse. Le football se déroule sur un rectangle vert : toute la périphérie n’est pas du football. Les télévisions, les commentateurs, les supporters, les sponsors… Tous se servent du football au lieu de le servir. En 1998, on a vu un avalange d’encre pour dire que la France était «Black, Blanc, Beur». Ce fut une vue à courte portée qui souligne l’inculture qui entoure le football. Dès 1938, la France a joué avec Raoul Diagne, le fils du député guyanais Blaise Diagne, et avec Ben Barek, au Maroc.

Au lieu de cracher dans la soupe, mieux vaut penser à Puskas, Kopa, Di Stefano, Pelé, Garrincha, Sivori, Eusebio, Tostao, Gerson, Rivelino, Socrates, Zico… Le football est devenu interplanétaire grâce à eux.

La France va affronter trois équipes plus faibles qu'elle, sur le papier.

Le sélectionneur avait dit qu'il ne prendrait que des joueurs à 100 % prêts pour le premier match, et Benzema est déjà rentré chez lui.

La France en 2022 n'a pas de défense centrale et pas de milieu de terrain du niveau de Kanté, le grand absent, celui qui balayait en costume d'or. Kanté le plus grand technicien de surface de sa génération est blessé. Pendant ce temps, la FIFA veut une Coupe du Monde tous les deux ans. Pour le fric qui n'a pas d'odeur.

Une grande ligne défensive et une grande ligne au milieu de terrain peuvent-elles éclore en phase finale ? Ce serait du jamais vu.

L'Australie a tout à gagner. Ou alors elle a déjà perdu, trop effrayée par une équipe de France qui avant le match est surtout forte dans la presse.